dimanche 28 février 2021

  • Première lecture : La Loi fut donnée par Moïse (Ex 20, 1-17)

    Lecture du livre de l’Exode En ces jours-là, sur le Sinaï, Dieu prononça toutes les paroles que voici : « Je suis le Seigneur ton Dieu, qui t’ai fait sortir du pays d’Égypte, de la maison d’esclavage. Tu n’auras pas d’autres dieux en face de moi. Tu ne feras aucune idole, aucune image de ce qui est là-haut dans les cieux, ou en bas sur la terre, ou dans les eaux par-dessous la terre. Tu ne te prosterneras pas devant ces dieux, pour leur rendre un culte. Car moi, le Seigneur ton Dieu, je suis un Dieu jaloux : chez ceux qui me haïssent, je punis la faute des pères sur les fils, jusqu’à la troisième et la quatrième génération ; mais ceux qui m’aiment et observent mes commandements, je leur montre ma fidélité jusqu’à la millième génération. Tu n’invoqueras pas en vain le nom du Seigneur ton Dieu, car le Seigneur ne laissera pas impuni celui qui invoque en vain son nom. Souviens-toi du jour du sabbat pour le sanctifier. Pendant six jours tu travailleras et tu feras tout ton ouvrage ; mais le septième jour est le jour du repos, sabbat en l’honneur du Seigneur ton Dieu : tu ne feras aucun ouvrage, ni toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta servante, ni tes bêtes, ni l’immigré qui est dans ta ville. Car en six jours le Seigneur a fait le ciel, la terre, la mer et tout ce qu’ils contiennent, mais il s’est reposé le septième jour. C’est pourquoi le Seigneur a béni le jour du sabbat et l’a sanctifié. Honore ton père et ta mère, afin d’avoir longue vie sur la terre que te donne le Seigneur ton Dieu. Tu ne commettras pas de meurtre. Tu ne commettras pas d’adultère. Tu ne commettras pas de vol. Tu ne porteras pas de faux témoignage contre ton prochain. Tu ne convoiteras pas la maison de ton prochain ; tu ne convoiteras pas la femme de ton prochain, ni son serviteur, ni sa servante, ni son bœuf, ni son âne : rien de ce qui lui appartient. » – Parole du Seigneur.

  • Psaume (18b (19), 8, 9, 10, 11)

    Refrain psalmique : (Jn 6, 68c) Seigneur, tu as les paroles de la vie éternelle. La loi du Seigneur est parfaite, qui redonne vie ; la charte du Seigneur est sûre, qui rend sages les simples. Les préceptes du Seigneur sont droits, ils réjouissent le cœur ; le commandement du Seigneur est limpide, il clarifie le regard. La crainte qu’il inspire est pure, elle est là pour toujours ; les décisions du Seigneur sont justes et vraiment équitables : plus désirables que l’or, qu’une masse d’or fin, plus savoureuses que le miel qui coule des rayons.

  • Deuxième lecture : « Nous proclamons un Messie crucifié, scandale pour les hommes, mais pour ceux que Dieu appelle, il est sagesse de Dieu » (1 Co 1, 22-25)

    Lecture de la première lettre de saint Paul apôtre aux Corinthiens Frères, alors que les Juifs réclament des signes miraculeux, et que les Grecs recherchent une sagesse, nous, nous proclamons un Messie crucifié, scandale pour les Juifs, folie pour les nations païennes. Mais pour ceux que Dieu appelle, qu’ils soient juifs ou grecs, ce Messie, ce Christ, est puissance de Dieu et sagesse de Dieu. Car ce qui est folie de Dieu est plus sage que les hommes, et ce qui est faiblesse de Dieu est plus fort que les hommes. – Parole du Seigneur.

  • Évangile : « Détruisez ce sanctuaire, et en trois jours je le relèverai » (Jn 2, 13-25)

    Acclamation : (Jn 3, 16) Gloire au Christ, Sagesse éternelle du Dieu vivant. Gloire à toi, Seigneur. Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que ceux qui croient en lui aient la vie éternelle.Gloire au Christ, Sagesse éternelle du Dieu vivant. Gloire à toi, Seigneur.  Évangile de Jésus Christ selon saint Jean Comme la Pâque juive était proche, Jésus monta à Jérusalem. Dans le Temple, il trouva installés les marchands de bœufs, de brebis et de colombes, et les changeurs. Il fit un fouet avec des cordes, et les chassa tous du Temple, ainsi que les brebis et les bœufs ; il jeta par terre la monnaie des changeurs, renversa leurs comptoirs, et dit aux marchands de colombes : « Enlevez cela d’ici. Cessez de faire de la maison de mon Père une maison de commerce. » Ses disciples se rappelèrent qu’il est écrit :L’amour de ta maison fera mon tourment. Des Juifs l’interpellèrent : « Quel signe peux-tu nous donner pour agir ainsi ? » Jésus leur répondit : « Détruisez ce sanctuaire, et en trois jours je le relèverai. » Les Juifs lui répliquèrent : « Il a fallu quarante-six ans pour bâtir ce sanctuaire, et toi, en trois jours tu le relèverais ! » Mais lui parlait du sanctuaire de son corps. Aussi, quand il se réveilla d’entre les morts, ses disciples se rappelèrent qu’il avait dit cela ; ils crurent à l’Écriture et à la parole que Jésus avait dite. Pendant qu’il était à Jérusalem pour la fête de la Pâque, beaucoup crurent en son nom, à la vue des signes qu’il accomplissait. Jésus, lui, ne se fiait pas à eux, parce qu’il les connaissait tous et n’avait besoin d’aucun témoignage sur l’homme ; lui-même, en effet, connaissait ce qu’il y a dans l’homme. – Acclamons la Parole de Dieu.

2ème semaine de Carême

 

Secrétariat : 9 rue des Bruyères  33950 Lège Cap-Ferret

Tél : 05 57 70 48 05

catholegeares@gmail.com

www.catholegeares.fr

Méditation pour dimanche prochain

dim 28/o2/2021 - 2eme dim de Carême

Sur la terre comme au ciel

La vision de Jésus transfiguré, glorieux, sur la montagne, est une sorte de fenêtre ouverte sur ce Royaune des Cieux dont lui-même est venu annoncer la proxi-mité parmi nous.

La tradition place cette scène évangélique sur le mont Tabor dans la plaine d'Yzréel, relativement proche du lac de Tibériade… Gégraphiquement, nous sommes dans la région probablement la plus peuplée d'Israël au temps de Jésus, la plaine riche du point de vue agricole… Non loin de Capharnaüm, la ville cosmopolit centre du commerce et de la rencontre de nombreux peuples et cultures.

Après avoir gravit les rudes pentes de la montagne – symbole des efforts par lesquels l'homme s'élève au dessus de sa condition parfois trop terre-à-terre – la récompense est cette vision béatifique qui donne envie de continuer le chemin pour rejoindre le Seigneur dans la gloire du Père.

Et les chemins à parcourir sont indiqués clairement : c'est d'abord le chemin de la foi, de la prière, du combat spirituel contre tous les ennenis, dont le Malin…. C'est le chemin d'Élie, le prophète coùbattant de Dieu … Puis c'est le chemin de l'obéissance à l'Alliance, de la vie communautaire, de la transmission… C'est le chemin de Moïse, le libérateur, le guide, celui qui intercède pour le peuple devant son Dieu. Un peuple pourtant rétif à plier comme nous le sommes parfois…

Les signes qui accompagnent cette vision du Fils dans toute sa gloire, telle en tout cas qu'elle nous est racontée, nous disent la profondeur et la richesse de cette révélation :

La nuée qui enveloppe les apôtres, c'est peut-être notre incapacité à pénétrer d'un regard clair la réalité de Dieu. Le monde divin n'est pas le nôtre… nous, nous sommes d'en-bas…lui, il est en-haut. Bien souvent, devant les événements, nous sommes dans l'incompréhension : nous ignorons tout des projets du Père.

Le 'lumineuse blancheur' qui nimbe Jésus : aucun souillure, aucune trace de péché n'obscurcit la vie des enfants de Dieu.. Non qu'ils l'aient mérité, mais c'est la grâce de l'amour et de la miséricorde de Dieu qui les purifie. Comme Jésus lui-même, « lumière née de la lumière », nous sommes appelés, nous-aussi, à refléter parmi nos frères la présence du Seigneur dans la monde aujourd'hui.

« Dressons trois tentes..» la tentation de fuir, de s'installer ailleurs, à l'abri d'une spiritualité exacerbée ou d'une stricte observances de règles et de lois en refusant de sa "salir les mains" dans la fréquentation du monde et de ses misères.

Redescendre… c'est justement là, dans la plaine, là où vivent les hommes ses frères que Jésus vient accomplir sa mission : AIMER pour les sauver du péché et de la mort "quoiqu'il en coûte".